Haraka

Harak, 2021
Installation pour un dispositif d’occlusion sonore en acier, héxaphonie + stéréo

Haraka est une installation  expérimentant un dispositif d’occlusion sonore en feuilles d’acier, l’instrument d’une thèse en recherche-création. L’acier obstrue mais également conduit le son très rapidement, à l’intérieur du dispositif les sons sont doublés d’un écho de quelques millisecondes. Haraka, signifie « mouvement » en algérien. De ce terme provient le mot harki, un supplétif algérien de l’armée française durant la guerre d’indépendance. Dans l’actualité de la mémoire du trauma colonial franco-algérien, ravivée par le Hirak (mouvement populaire de 2019) et plus récemment par le Rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation, et la guerre d’Algérie, rendu par l’historien Benjamin Stora, la question des harkis reste une des plus complexes et contradictoires de l’histoire de la guerre d’indépendance d’Algérie. Haraka renvoie à un mouvement potentiel toujours déjà présent dans un silence de voix.